We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Ghana : assassinat d'Ahmed Hussein, journaliste anticorruption

3 1 0
18.01.2019
Ghana

Il s'était arrêté chez des parents pour une visite de courtoisie. Ce mercredi soir, Ahmed Hussein, journaliste, à peine la trentaine, reçoit alors un appel : on l'informe qu'un de ses fils, très mal en point, doit être conduit à l'hôpital. « Ahmed a sauté dans sa voiture pour filer vers son domicile de Madina (banlieue nord d'Accra). Mais à peine était-il parti que deux hommes ont surgi à moto et ont ouvert le feu. Il a reçu deux balles dans la poitrine et une dans le cou. Il est mort sur le coup. « Il était environ 23 h 20 quand on m'a appelé pour m'informer », raconte l'avocat Kissi Agyebeng, qui se dit encore « sous le choc ».

Un journaliste inquiété est un fait rare au Ghana. Champion africain de la liberté de la presse, le pays occupe la 23e place sur 180 pays dans le classement mondial de Reporters sans frontières (RSF) sur la liberté de presse – loin devant certaines démocraties occidentales. Alors, un journaliste tué ? « C'est incroyable », lâche, sidéré, Me Agyebeng, qui s'est saisi de l'affaire au nom de Tiger Eye PI, structure emmenée par le très populaire journaliste d'investigation infiltré Anas Aremeyaw Anas.

Number 12 : documentaire explosif pour le foot africain

Ahmed Hussein n'était pas n'importe quel journaliste. Il faisait partie de l'équipe qui avait enquêté durant deux ans aux côtés d'Anas sur un vaste scandale de corruption dans le football africain. « Ahmed était avec nous depuis un moment. C'était un excellent journaliste d'investigation et il était très impliqué dans Numéro 12 », confie le célèbre reporter anticorruption au Point Afrique. Number 12, douzième film en caméra cachée d'Anas, montre des arbitres qui acceptent des pots-de-vin pour truquer des matches (première ligue, championnats africains) ou le dirigeant de la fédération ghanéenne qui explique à des investisseurs bidon (des journalistes infiltrés) comment obtenir des contrats avec le gouvernement en échange de quelque 10........

© Le Point