We use cookies to provide some features and experiences in QOSHE

More information  .  Close
Aa Aa Aa
- A +

Au procès Nemmouche, des proches des victimes témoignent

3 1 3
18.01.2019

Trois premières parties civiles sont intervenues pendant le procès de l’attaque contre le Musée juif de Belgique en 2014.

Les magistrats fédéraux Yves Moreau et Bernard Michel lors du procès à Bruxelles, le 20 décembre 2018. Mehdi Nemmouche a entendu les témoignages de certaines parties civiles, vendredi 18 janvier 2019. / -/AFP

« Aujourd’hui, nous entrons dans le vif du sujet avec des personnes qui ont été blessées dans leur chair », a résumé, vendredi 18 janvier, Adrien Masset, avocat du musée juif de Belgique pris pour cible d’un attentat en mai 2014. Quatre personnes y ont trouvé la mort. Depuis le box des accusés de la cour d’assises de Bruxelles, le terroriste présumé Mehdi Nemmouche a entendu les témoignages de certaines parties civiles, dont celui d’Annie Adam, 68 ans, mère d’Alexandre Strens, employé du musée. « Mais Mehdi Nemmouche n’a pas le profil pour s’émouvoir face aux témoignages des victimes », a d’emblée ajouté Adrien Masset.

Au procès Nemmouche, le suspect se tait, ses avocats le défendent

« Alexandre était un garçon charmant, gentil, courageux, travailleur, Alexandre avait la main sur le cœur », entame Annie Adam. Les mots sortent difficilement, la présidente de la cour l’encourage, tout en lui signifiant qu’elle sait bien à quel point l’exercice est difficile. « Alexandre était un très bon élève. Alexandre aimait voyager. Alexandre adorait l’histoire », poursuit la mère dévastée. « Alexandre. » Elle rappelle le prénom de son fils à chaque début de phrase, jusqu’à s’étrangler : « Alexandre est parti au travail et il n’est jamais revenu. Je devais souper avec lui ce jour-là. »

Elle maintient que son fils l’appelait tous les jours, qu’il se « confiait beaucoup » à elle, et qu’elle l’a éduqué « dans l’humanité ». Elle le répète à plusieurs........

© La Croix